11/07: Violations de déontologies: Journaliste/Avocat ?

Home  »  Non classé  »  11/07: Violations de déontologies: Journaliste/Avocat ?
Juil 11, 2019 No Comments ›› Nassim BAALI
Remerciement de la justice tunisienne, de la Garde Nationale Tunisienne, des Médias tunisiens, de la part d’Arnaud et de toutes les victimes de Swaggman.

Réponse venue toute fraîche de Montréal, à la journaliste Arbia Hamadi, épouse de l’avocat de l’escroc, qui celle-ci, utilise sans doute sa position de journaliste, afin de tromper l’opinion publique.
Celà-dit, on se demandera-alors: « Qui viole pleinement la déontologie et perd toute crédibilité ?« 

  • Cerait-ce la journaliste, qui utilise sa position pour tenter de « Blanchir » le client de son époux ? Hélas, ce ne sera pas facile. On aurait dit: « Violation de la déontologie journalistique ». En Tunisie, comme partout dans le monde, il y a des Chartes à respecter lorsqu’on se dit: « Journaliste », métier noble par excellence. Le respect ou pas de ces règles, font du journaliste: ou un bandit ou une respectable personnalité…
  • Cerait-ce l’avocat, qui utilise la position de son épouse, pour propager de fausses informations et essayer de défendre son client en dehors de la cour de justice ? On aurait dit: « Violation de la déontologie des avocats ». Il serait peu probable que son avocat n’ait eu accès aux éléments de nos dizaines de plaintes. Des éléments lourds et indéfendables, enregistrements vidéos, audios, historiques de discussion certifiés par huissiers et experts… Comment, une personne soumise à des chartes aussi réglementées par le barreau tunisien, sachant parfaitement les contenus des affaires qui impliquent son client dans des centaines de crimes et délits les plus répugnants que l’humanité ait pu connaitre, puisse ainsi violer toutes ces règles déontologiques et morales… Si ce n’est peut être l’aveuglement face à de possibles lourdes malversations ?
Besoins d'aide ? Contactez nous